Les dossiers techniques

Chanvre, lin, ouate de cellulose... Dans le second œuvre, les bio-matériaux sont une bonne alternative face aux isolants traditionnels. Notamment parce qu'ils ont un impact limité sur la santé et l'environnement. Petit échantillon explicatif.

L'ouate de cellulose

Description. L'ouate de cellulose est le plus connu des bio-matériaux. Il faut savoir qu'elle est utilisée depuis plus de 80 ans aux États-Unis, qu'on accuse parfois (à tort) d'être complètement hermétiques à la protection de l'environnement. Qu'est ce que l'ouate de cellulose ? Tout simplement du papier recyclé, obtenu à partir de journaux déjà imprimés, voire, dans certains cas, de papiers neufs non utilisés. Pour la fabriquer, plusieurs étapes : le papier est d'abord moulu et broyé, puis stabilisé grâce à des additifs inoffensifs à base de sels. Cela lui permet de résister aux insectes, à l'humidité ou aux flammes. Enfin, il possède un très bon rapport qualité-prix.

ouate de cellulose

Utilisation. L'ouate de cellulose se présente soit sous forme de panneaux semi-rigides, soit en vrac dans des sacs, pour isoler des combles, des murs, des planchers ou des toitures. La mise en oeuvre peut-être manuelle ou mécanique, notamment s'il s'agit d'isoler des parties fermées ou difficilement accessibles. Dans ce cas-là, le matériau est insufflé sous pression. Il peut être humidifié pour bien adhérer aux parois verticales.

Santé et environnement. L'ouate de cellulose permet de recycler des tonnes de papiers journaux. Sa fabrication n'engendre quasiment pas de pollution. Par contre, la présence d'encres n'en fait pas un matériau de haute qualité biologique. Il faut également savoir que l'inhalation de poussières peut provoquer des affections respiratoires aigus.

Le chanvre

Description. Vêtements, cordages, papier, alimentation, litière pour animaux... Les usages du chanvre sont multiples, et remontent à l'arrivée des Celtes en Europe. Longtemps, ce cousin du cannabis a été interdit en France. Il est aujourd'hui totalement réhabilité, et reconnu comme un très bon bio-isolant depuis la fin des années 1980. Malheureusement, il est encore trop cher !

Le chanvreUtilisation. Dans la construction, le chanvre se présente surtout sous la forme de granules de chènevottes. Elles peuvent s'utiliser en vrac comme isolant, ou pour fabriquer des mortiers et bétons légers, des enduits ou des sous-couches de planchers ou chapes flottantes. Les fibres de chanvres permettent quant à elles la fabrication de laines, disponibles en vrac, en rouleaux ou sous forme de panneaux.
Santé et environnement. Le chanvre est une plante, donc un produit 100 % écologique. Il peut être cultivé sans engrais, et n'a pas besoin de beaucoup d'eau. Sa production est encore limitée en France, d'où un problème de pollution engendrée par son transport. Notons que seules les versions bitumées ne sont pas compostables, et peuvent être toxiques en cas d'incendie.

Le liège expansé

Description. Utilisé depuis plus d'un siècle dans nos maisons et nos appartements, le liège expansé est un isolant thermique très performant, car il contient de nombreuses poches d'air. Il provient du chêne liège, qui pousse aux abord de la méditerranée. Une fois ramassée, l'écorce est réduite en granules et expansée à haute température, provoquant leur agglomération.
Utilisation. Granules, panneaux, préfabriqués... Le liège expansé est disponible sous de nombreuses formes, et ses applications sont nombreuses et polyvalentes. On peut par exemple l'utiliser comme isolant dans des murs à ossature bois. Ou comme revêtement de sol. En outre, il est imputrescible, donc parfaitement adapté à des milieux humides. Son seul inconvénient est son prix, assez élevé. Rappelons qu'on ne récolte l'écorce du chêne liège qu'une fois par décennie ! Or, ce qui est rare est cher...
Santé et environnement. Aucun problème particulier. Le liège est un matériau recyclable et renouvelable, malgré sa faible disponibilité. Certaines odeurs de subérine brulée peuvent toutefois subsister pendant quelques mois... Comme toujours, on se méfiera des fabrications à base de vernis, colles, néoprènes ou polyuréthane, pas souvent très saines.

La laine de mouton

Description. La laine de mouton est un sous-produit d'origine animale. Sa valorisation profite à des éleveurs qui cherchent à diversifier leur activité. Sa reconnaissance comme matériau isolant dans le bâtiment date du début des années 1990. Lavée, elle reçoit un traitement contre les insectes et contre le feu. Elle est ensuite cardée et texturée.

différents formats

Utilisation. La laine de mouton est un excellent isolant de remplissage, qui régule très bien l'humidité. On la trouve en écheveaux (pour du calfeutrement, par exemple), en rouleaux ou en panneaux semi-rigides de différentes tailles. En feutre, elle est très efficace contre le bruit, et parfaite pour isoler une caravane, un mobil-home ou un camping-car. Mais elle est encore chère, en raison des coûts de transport vers les centres de traitements.
Santé et environnement. Encore une fois, la laine de mouton est très saine, recyclable et compostable. Certains fabricants envisageraient de remplacer des adjuvants de synthèse par des substituts biologique, comme la fécule. Une bonne nouvelle pour la planète.

Le lin

Description. Le pouvoir isolant du lin est reconnu… depuis l'époque romaine. Généralement, sont utilisées les fibres courtes de la plante, qui ne sont pas exploitées dans l'industrie textile. En France, le lin est essentiellement cultivé dans le département de la Seine Maritime.
Utilisation. Vrac, insufflation, rouleaux, panneaux... La laine de lin est disponible sous de nombreux formats. En feutre, elle protège parfaitement contre le bruit, car sa densité est supérieure. Les paillettes de lin sont l'équivalent des chènevottes de chanvre. Des utilisations en béton allégé sont également possibles, mais encore peu répandues. Précisons enfin que le lin peut servir à fabriquer des panneaux en aggloméré, pour des dresser des cloisons, par exemple.
Santé et environnement. D'un point de vue écologique, les exigences culturales du lin sont convenables. C'est une ressource renouvelable d'avenir, sans conséquence néfaste sur l'environnement et la santé. Sauf, bien évidemment, si des colles et des produits chimiques sont utilisés pour fabriquer des produits dérivés.

Sans oublier le bois !

Le bois n'est pas seulement un matériau de gros œuvre. Il est aussi utilisé pour la finition d'un bâtiment. Laine de bois, panneaux en fibres compressées, panneaux flexibles ou rigides... Quelle que soit sa présentation, il possède d'excellentes qualités en matière de résistance, d'hygrométrie ou d'isolation. Un bio-matériau indispensable !


E.T.
Photos © Valentin Uta / Kenzaï
Principale source : " l'isolation écologique", Jean-Pierre Oliva, éditions Terre Vivante.